maquetteloisir

Ferrari 312P, Chris AMON, Test car, 1969

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ferrari 312P, Chris AMON, Test car, 1969

Message par pg265 le Mer 10 Avr - 1:26

Bonjour,

Je vous présente mon interprétation, d'après le sublime kit de Paul Fischer, de la belle Ferrari 312P.
La belle Ferrari, pléonasme diront certains, est à mon sens l'un des plus jolis protos de la marque, avec les 206S, SP, les …… toutes les autres !


Le travail a donc débuté par un léger ponçage afin de vérifier qu’aucun défaut d’aspect ne gène le reste du montage, puis je suis directement passé à la phase de rebouchage des empreintes destinées à recevoir les flaps sur les ailes. Je trouve l’auto plus belle avec cette ligne racée et épurée et j’ai acheté le kit avec cette idée là.
Je vous épargne les images de ce travail, gratifiant au demeurant puisqu’il permet de soigner la ligne du bolide, puis ponçage !

Tout a l’air plutôt pas mal, alors on passe une petite couche d’apprêt destiné à la vérification de l’état de surface, l’accroche de la peinture, le renforcement sans charger le la teinte finale !! Ouf ! Heureusement qu’on a l’apprêt!





La belle se sent trahie un instant en se voyant ainsi grimée et presque sœur jumelle d'un modèle de ses habituelles rivales teutonnes :
Grouiiiick, Grouiiiick !!!
Ce n’est que passager et l’on en arrive à une nouvelle étape de l’habillage de la 3Litres : la pose des rivets.
Pif, paf ! Quelques photos permettent de se faire une idée de leur emplacement de façon assez cohérente sans pour autant que ce soit parfait. Mais bon, personne n’est parfait…







Bon, ben ça y est ! Faut y’aller mettre sa robe rouge Madame !
Allez, un godet de Rosso Formula1 ZP plus loin et le cochon rose a rougi de belle manière !






Bon, c’est pas tout ça, mais il faut maintenant égayer le tout avec un peu de brillant.
Qu’à cela ne tienne, la peinture est pas mal, alors un brouillard de vernis sur les pièces, ok y’en a que 2, et 5 minutes après (le temps de vernir autre chose…) un couche classique passée avec « L’ARME » à 2.2bars.











Hop dans la boite pour le séchage !

La suite du montage se poursuit, les roues sont préparées (et apprêtées pour les pneus), puis peintes en Pale Gold.
La baignoire ainsi que le tableau de bord subissent le même traitement.

Suite du montage de la «  bella macchina ».

Les pneus ont reçu leur couche de noir… de pneu de chez Gunze.



Le châssis ainsi que le tableau de bord ont eux aussi mis leur habit noir.





Les jantes sont légèrement patinées afin de faire ressortir un peu leurs détails et sont équipées de leur écrou central pour l’arrière, des papillons à l’avant.












Les pneus, bien qu’en résine, sont sensés être gonflés sur la vraie, alors on installe aussi à ce moment là les valves sur les jantes.



Il restera, pour finir de les habiller à positionner les plombs d’équilibrage.
Le tableau de bord est équipé de deux inter en métal tourné d’origine Sakatsu et le fond des compteurs est vernis afin d’accueillir au mieux les decals des manos et autres compte-tours.



Quelques pièces ont aussi été peintes en vue de leur installation sur la carrosserie.
C’est le cas des 3 orifices de remplissages et des rampes de feu situés à l’arrière.


Le fond des optiques avants a subit le même traitement et les ampoules ont reçu une pointe de jaune translucide pour égayer un peu tout ça.
Le volant est aussi en bonne voie et il est maintenant équipé d’un joli cheval cabré en son centre d’origine MFH. Il reste néanmoins à passer une couche de noir satiné sur le « cuir » de sa jante.



Pas très satisfait de certains détails et conforté dans mon opinion par l'avis d'un grand maquettiste qui se reconnaitra surement, j'ai donc décidé de reprendre quelques éléments.
Direction l'atelier de peinture, à 1m de moi , et c'est parti:
Léger ponçage au stylo fibre, un coup de 8000 et un coup d'air. C'est OK.
Une couche de Gloss Black Base Alclad. Re OK.
Deux heures après, passage de 2 voiles d'Alclad Chrome.





J'en ai aussi profité pour peindre la boite, les pots ainsi que quelques autres pièces.

Certaines modifications sont apportées aux pièces d'origine de façon à se conformer aux documents d'époque dont je dispose et en m'efforçant de chercher des autos différentes de celle pour laquelle le kit Fisher est spécifiquement conçu.

Je suis donc en train de modifier l'arceau et je viens de refaire le volant. J'ai en effet une très belle image de Mario Andretti brélé dans le cockpit de sa Ferrari avec vue plongeante sur le volant.

le volant avant:



Les modifs:





Le résultat:





Les échappements ont étés percés plus profondément et leurs tubes affinés.
La sellerie avance et le harnais se prépare.

J’ai donc aussi procédé à la peinture des sièges. Sur les conseils avisés d’un connaisseur, qui se reconnaîtra encore, ainsi qu’à la lueur des éléments dont je disposais et de ceux que l’on m’a gentiment transmis, j’ai décidé de peindre l’ensemble d’un joli rouge orangé.
J’ai donc mélangé avec une extrêêêêêême  précision,  diverses couleurs me permettant d’obtenir la teinte recherchée. J’ai versé du orange dans du rouge quoi !



Le masquage étant effectué, une petite couche de blanc, toujours le pure white ZP, permet de préparer le terrain au rouge dont la recette secrète vous à été divulguée juste avant.




« Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage » qu’y disait ! C’est donc après un certain temps de pose alloué au blanc que le rouge fut vaporisé !



Toujours à mon sens, le résultat semble être plutôt cohérent avec les photos étudiées.

Nous avons parlé plus haut de la réalisation des ronds blancs destinés à recevoir (ou pas…) les numéros de course de notre pur sang. Je me propose de vous montrer la façon selon laquelle ce résultat a été obtenu.
Il est donc nécessaire de déterminer la taille des ronds, pas trop dur si l’on se sert des decals d’origine comme modèle. Cependant, et toujours au vu de la doc dont je disposais, j’ai décidé de minorer légèrement la taille des ronds latéraux.
Nous avons donc des cercles de 26 et 23mm à découper dans un support à la fois solide, fin,  adhésif et imperméable à la peinture et dont la largeur permet de découper les formes de cette largeur.
J’appelle donc la « Frisket » à la barre !
Allez, un coup de compas cutter et les jolis ronds répondent présent à l’appel !






Le support quadrillé permet de plus de centrer la découpe et d’offrir des repères nets pour aider à la pose.
Pose donc et masquage afin de préserver le travail fait précédemment. Tout est prêt, alors on passe le blanc, en prenant soin de rester bien perpendiculaire à la surface le long de la démarcation afin d’éviter que la peinture ne s’infiltre dans les espaces nécessairement laissés libres par la gravure.









Voilà, on peut démasquer de suite et placer la carrosserie sous les lentilles de l’objectif pour faire des photos des ronds blancs!  
Rappelez-vous, patience et longueur de temps…..bla bla bla. Bla bla bla !
Voici donc les photos promises plus haut !





Juste une petite photo afin de vous montrer ce qui risque d'être la future demeure de la rugissante italienne.



Il s'agit d'une boite que j'avais acheté il y a peut-être 25 ans. C'est la seule qui me reste.  :cwvb:





Voilà pour l’instant.
Comme d’habitude, si vous avez des questions, je tenterais d'y répondre de mon mieux!
En espérant que cela vous plaise !

Pascal Wa

pg265
PILOTE D'ESSAI
PILOTE D'ESSAI

Nombre de messages : 86
Age : 49
Localisation : Bassin d'Arcachon
Date d'inscription : 08/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrari 312P, Chris AMON, Test car, 1969

Message par pg265 le Dim 16 Nov - 23:03

Bonjour à tous,

Mille excuses pour ma longue absence sur le forum...

Voici quelques progrès sur la 312P.

Les instruments de bord ne me plaisaient plus autant que ça.
J'ai donc décidé de les refaire afin d'obtenir une représentation plus fine et un diamètre correspondant mieux aux décalcomanies.








Modification du tableau de bord pour le compte tours:



Et installation:



Même manips pour les autres instruments:





Deux/trois copeaux...



Le TDB à sa future place:



Il a aussi fallu commencer à découper les parties vitrées thermoformées.

Un des optiques juste collé au Kristal Clear:



Les "vitres" des phares:



J'ai eu le temps de passer un petit jus sur certaines parties afin de faire ressortir les détails et la gravure.

La partie visible de la boite:



La gravure de la carrosserie:



Et un début de mise en valeur de l'habitacle:



Bon, ben c'est tout pour le moment.

Pascal

pg265
PILOTE D'ESSAI
PILOTE D'ESSAI

Nombre de messages : 86
Age : 49
Localisation : Bassin d'Arcachon
Date d'inscription : 08/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrari 312P, Chris AMON, Test car, 1969

Message par pinet alain le Lun 17 Nov - 19:53

Bonjour pascal,
Que dire? Si ce n'est que le montage que tu nous propose est magnifique. heureux précision,netteté,propreté que dire de plus?
Mais je pense que tu n'est pas à ton premier coup d'éclat.
Ceci dit Merci et bonne continuation pour la suite.

Alain.

pinet alain
PILOTE PROMO FORMULA
PILOTE PROMO FORMULA

Nombre de messages : 136
Age : 52
Localisation : Antheit
Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrari 312P, Chris AMON, Test car, 1969

Message par xa le Lun 17 Nov - 23:47

carton intégral, bravo à toi Youpi

xa
PILOTE GP 2
PILOTE GP 2

Nombre de messages : 501
Age : 40
Localisation : hanzinne
Date d'inscription : 01/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrari 312P, Chris AMON, Test car, 1969

Message par vipepp le Sam 13 Déc - 20:53

Fantastic treball amic meu.
Josep.

vipepp
PILOTE D'ESSAI
PILOTE D'ESSAI

Nombre de messages : 78
Age : 50
Localisation : spain
Date d'inscription : 24/07/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrari 312P, Chris AMON, Test car, 1969

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum